Retour à la page d'accueil Euro2000 Retour à la page d'accueil DHnet
Programme & Calendrier
Wanadoo
DH
 Sports > Euro 2000 / Le Tournoi / Historique
Le Tournoi
1992
© Photo News

La surprise danoise, le drame d’Andersen
La guerre civile qui endeuille la Yougoslavie a contraint l’Uefa à refuser aux représentants de cette nation le droit de participer à la phase finale de l’Euro: le Danemark la remplacera.
L’histoire est, d’ailleurs, connue.
Quand ils apprennent la nouvelle, la plupart des internationaux de Richard Moller-Nielsen sont en vacances. Les voici débarquant en Suède sans aucune préparation. Ils n’en ont, d’ailleurs, cure. Ils sont là pour “épater l’Europe”, comme ils disent. Et c’est ce qu’ils feront. Ils possèdent en Peter Schmeichel un gardien d’exception. Lars Olsen, que Seraing accueillera bientôt, est un extraordinaire libero. Henrik Andersen fut le meilleur arrière gauche de la compétition: malheureusement pour lui, l’ex-Anderlechtois, qui était suivi à l’époque par plusieurs clubs italiens de renom, dont la Sampdoria Gênes, se blessa gravement au genou contre les Pays-Bas. Quant au duo Laudrup - Polvsen, il donna le tournis à toutes les défenses qui tentèrent de contenir sa fougue…
En demi-finale, la Suède s’inclina in extremis face à la puissante Allemagne. Au même moment, les Danois triomphèrent de la Hollande aux penaltys. Ils n’auront eu besoin que de nonante minutes pour conclure en beauté, devant des milliers de supporters aux anges, leur superbe parcours en prenant la mesure, par Jensen et Vilfort, de l’arrogante Mannschaft..
Le secret des Danois n’a pas été compliqué à trouver. Il tient en un mot: simplicité. Leur football est simple, car extrêmement réaliste. Leur approche de l’événement le fut tout autant: là où d’autres se seraient pris la tête, Brian Laudrup et ses partenaires n’ont jamais cherché midi à quatorze heures. On les avait repêchés. Tant mieux pour eux. Pour le reste, on verra au moment opportun. Et on a vu. Un jeu ludique, fait de vitesse, des actions dynamiques et une solidarité de tous les instants. Sans, bien sûr, oublier un talent individuel que le continent entier s’arrachera par la suite: Schmeichel n’a pas défendu les buts de Manchester United par hasard, tandis que Brian Laudrup posera bientôt son sac à la Fiorentina et au Milan AC après l’avoir posé au Bayer Uerdingen et au Bayern Munich. Les exemples pourraient être multipliés. A raison: le compte était bon!

La fiche technique
Finale
Danemark 3-0 Allemagne à Göteborg
Danemark: Schmeichel, Sivebaek (65e Christiansen), L. Olsen, K. Nielsen, Piechnik, Christofsen, Vilfort, Jensen, Larsen, B. Laudrup, Polvsen.
Allemagne: Illgner, Reuter, Buchwald, Helmer, Köhler, Brehme, Hässler, Sammer (46e Doll), Effenberg (82e Thom), Klinsmann, Riedl.
Arbitre: M. Galler
(SUI)

Demi-finale
Pays-Bas 2-2 Danemark (pen. 4-5) à Göteborg
Suède 2-3 Allemagne à Stockholm
Stades & Villes
Amsterdam
Arnhem
Bruges
Bruxelles
Charleroi
Eindhoven
Liège
Rotterdam
Historique
1996
1992
1988
1984
1980
1976
1972
1968
1964
1960
Lire nos dossiers
DH
Allemagne Angleterre Belgique Danemark Espagne France Italie Norvège Pays-Bas Portugal Roumanie Slovénie Suède Tchéquie Turquie Yougoslavie

© La Dernière Heure / Les Sports (contactez-nous)
Dessins: © Turk & de Groot / Le Lombard (E.D.L.-B&M s.a.)
Développé par le Studio Wanadoo