Retour à la page d'accueil Euro2000 Retour à la page d'accueil DHnet
Programme & Calendrier
Wanadoo
DH
 Sports > Euro 2000
Aujourd'hui
Cette réussite qui sourit aux grandes équipes

Par le chas de l'aiguille, comme en 1984

BRUXELLES C'est dos au mur qu'on repère les grandes équipes. Qu'il était intéressant, tactiquement, de voir dès lors cette équipe de France menée au score pour la première fois dans le tournoi. En demi-finale du Mondial 98, Laurent Blanc et ses camarades avaient déjà subi la même mésaventure face à la Croatie, après un but de Davor Suker. A l'époque, deux goals de Lilian Thuram leur avaient permis de se tirer d'affaire et de se hisser en finale.

Les Français, sous le coup et sous pression, mirent du temps à réagir au but d'ouverture portugais. Pour la première fois, les champions du monde ne semblaient plus maîtres de leur sort. On les sentait, pour tout dire, vulnérables.
Ont-ils été sermonnés au repos, ont-ils pris subitement conscience du danger ? Ce sont des Français beaucoup plus ambitieux et décidés qui remontèrent, en tout cas, sur le terrain. Très discrets en première mi-temps, Anelka et Henry sortirent enfin de leur boîte. Sur une action de l'attaquant madrilène, son complice d'Arsenal récupéra le cuir et le déposa dans les filets de Vitor Baia.
Le suspense était servi sur un plateau. La deuxième mi-temps fut française, avec un Zizou zigzaguant entre les lignes à la façon d'un équilibriste. Mais le Portugal faisait bien davantage que de la résistance et fut même à deux doigts de s'offrir la victoire lorsqu'une tête d'Abel Xavier obligea Barthez à un arrêt d'acrobate. Le face à face entre le défenseur portugais, cheveu couleur paille, et le gardien français, crâne dégarni, était décoiffant. Mais le score demeura inchangé.

Il était écrit que la place pour Rotterdam se jouerait au bout de la nuit, comme lors de la fameuse demi-finale de l'Euro 84 à Marseille. Ce soir-là, la France de Michel Hidalgo s'était imposée 3-2 dans les prolongations, grâce à Michel Platini, le capitaine des Bleus.
Cette fois, c'était la règle du but en or qui faisait office de loi. Dur, très dur. Surtout lorsque la victoire se joue sur un penalty accordé, après consultation du juge de ligne, à la 114e minute. Un petit coup de pouce du destin. Cette chance qui sourit aux grandes équipes, pour reprendre l'expression consacrée. Comme face au Paraguay et à l'Italie en 1998, la France est passée par le chas de l'aiguille, laissant tout le Portugal inconsolable dans un coin du stade.
La faute de main d'Abel Xavier alimentera bien des débats du côté de Lisbonne où, on l'espère pour lui, l'arbitre autrichien Günter Benko n'a fait aucune réservation pour l'été...

Miguel Tasso

Nizet Pierre

Le Programme
Allez les Diables
Un Belge en demi-finales au stade Roi Baudouin!
Pour Waseige, l'Euro 2000, c'est la SuperLeague
Philippe Léonard se rebiffe
Waseige peut être tranquille
DH
Allemagne Angleterre Belgique Danemark Espagne France Italie Norvège Pays-Bas Portugal Roumanie Slovénie Suède Tchéquie Turquie Yougoslavie

© La Dernière Heure / Les Sports (contactez-nous)
Dessins: © Turk & de Groot / Le Lombard (E.D.L.-B&M s.a.)
Développé par le Studio Wanadoo